Accueil > INFOS POLLUANTS > Polluants physiques > Humidité > L’humidité de condensation

L’humidité de condensation



A certains endroits, de l’eau peut apparaître sous forme de tache ou de gouttelettes. Ce phénomène est le résultat de la rencontre de la vapeur d’eau et d’une surface froide. Les porteurs de lunettes connaissent bien ce processus quand venant de l’extérieur, ils pénètrent dans une pièce chaude( [1].

La condensation est le signe que temporairement, l’air ambiant contient trop d’humidité [2].
Depuis les années septante, l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments [3] et les économies d’énergie sont devenues des priorités dans la construction et la rénovation. Cependant en renforçant la performance énergétique des bâtiments, les échanges entre l’intérieur et l’extérieur de ceux-ci ont été fortement réduits, si pas annulés. C’est oublier que l’isolation va de paire avec un renforcement du renouvellement de l’air, que celui-ci soit mécanique (ventilation) ou manuel. Une des conséquences de cet isolement est une augmentation de l’humidité de l’air ambiant. Principalement en hiver quand les frimas forcent l’habitant à s’enfermer bien au chaud dans son logement.

Les signes principaux devant alerter d’un problème d’humidité dans la maison sont :

  • Une odeur de moisi, de terre ou d’alcool ;
  • Des taches d’eau causées par des infiltrations, des inondations ou des refoulements d’égouts ;
  • Des taches vertes ou noires de moisissures (champignons) sur la surface intérieure des murs, extérieure ou du plafond, dans les placards ou les garde-robes, à l’arrière des meubles, sur les tapis, les rebords des fenêtres, dans la salle de bains ;
  • Des matériaux, literie et vêtements humides ou moisis ;
  • De la condensation d’eau sur les fenêtres ou d’autres surfaces.

L’humidité et la santé

L’humidité en tant que telle n’est pas nocive pour la santé. Cependant, Des taux d’humidité relative supérieurs à 50 % favorisent la présence et le développement des populations de moisissures et d’acariens qui sont responsables d’allergies.

La présence d’humidité élevée et de champignons peuvent entraîner les problèmes de santé suivants :

  • symptômes des voies respiratoires : toux, irritation du nez et de la gorge, écoulement nasal, éternuements, respiration bruyante, difficulté respiratoire, douleurs thoraciques ;
  • allergies respiratoires : rhinites, alvéolites, bronchites, asthme, pneumonies d’hypersensibilité ;
  • symptômes non respiratoires : irritation des yeux, lésions et infections ;
  • allergies cutanées : irritation de la peau, dermatites ;
  • effets toxiques généraux : fièvre, maux de tête, fatigue, déficience du système immunitaire...

Quelques pistes pour réduire les soucis d’humidité dans un logement :

  • Identifier les sources d’excès d’humidité imputables au bâti (vices de construction (fissures, ponts thermiques [4], infiltration d’eau).
  • Identifier les sources d’excès d’humidité imputables au comportement de l’habitant (renouvellement d’air inadéquat ou insuffisant).
  • Maintenir un taux d’humidité entre 40 et 65%.
  • Aérer régulièrement. Ventiler après les activités qui produisent beaucoup d’humidité comme le bain, la douche, la cuisson, la vaisselle, le séchage du linge ou après une nuit de sommeil.
  • Assécher le plus rapidement possible tout dégât causé par l’eau et remplacer si nécessaire les matériaux et les tapis endommagés par l’eau.
  • Nettoyer régulièrement les moisissures avec une solution constituée de vinaigre et d’eau, de savon et d’eau ou d’eau de javel et d’eau.

En savoir, téléchargez nos fiches d’informations Santé-Habitat :
"Je peux réduire les causes d’allergie dans ma maison !"
Je peux résoudre les problèmes d’humidité dans ma maison !




[1]Et humide car l’air chaud peut contenir plus de vapeur d’eau que l’air froid.

[2]L’humidité dans une maison est déterminée par :
- 1. les paramètres extérieurs : températures, humidité, ensoleillement.
- 2. les caractéristiques du bâtiment : présence de problèmes dans la structure du bâtiment, ponts thermiques, fuites, fissures, ect …
- 3. les caractéristiques comportementales de l’habitant : fréquence de l’aération, température intérieure, ...

[3]La performance énergétique d’un bâtiment est déterminée par deux paramètres : l’étanchéité à l’air et l’isolation proprement dite. C’est le principe du coupe-vent et du pull. Le coupe-vent empêche le vent de passer, mais reste froid et ne garde pas la chaleur. La seconde, par sa couche d’air immobile, permet de garder la chaleur et de refroidir les parois intérieures

[4]Un pont thermique est une faiblesse ponctuelle ou linéaire de l’étanchéité de l’enveloppe de la maison (murs, toîts, zones de jonction entre les matériaux, ...) qui laisse passer la chaleur de façon privilégiée. cela crée un point ou une ligne froide dans la strucuture où la vapeur d’eau a tendance à se condenser.

rue de Montigny 29 - B 6000 CHARLEROI (Belgium) - + 32 (0)71 300 300 - sante@espace-environnement.be

logo Espace Environnement et Wallonie